• Background Image

    PRESSION SOCIÉTALE : ÉVOLUTION DES MŒURS ET AGRIBASHING

    5 décembre 2018

5 décembre 2018
PRESSION SOCIÉTALE : ÉVOLUTION DES MŒURS ET AGRIBASHING
Nombre d’articles dans la presse mentionnant au moins une fois les termes 
Source : https://www.agriculture-environnement.fr/2018/09/26/faire-face-a-lagribashing-un-enjeu-capital-pour-le-monde-agricole

Source : https://www.agriculture-environnement.fr/2018/09/26/faire-face-a-lagribashing-un-enjeu-capital-pour-le-monde-agricole

Il ne se passe quasiment pas une journée sans qu’un journal d’audience nationale ne relate un problème ou une suspicion de problème sur les sujets de l’alimentation ou de l’agriculture (Le Monde, Cash Investigation, …). L’urbanisation grandissante de notre société (80 % des français vivent en ville) a distendu le lien entre l’agriculture et les territoires. Cette fragmentation de la société « les ruraux qui vivent de l’agriculture » (environ 2,8 millions de personnes) et les « urbains qui observent l’agriculture » s’est accentuée sans qu’on y prenne garde. Les attentes de ces derniers évoluent fortement et se font de plus en plus pressantes. Des associations comme « Générations Futures » ou « L.214 » communiquent fortement et touchent un large public. Elles participent à l’agribashing. Ce terme désigne le sentiment de voir le métier d’agriculteur dénigré.

Comment le chef d’entreprise peut-il se positionner face à ces attitudes exigeantes et parfois hostiles ?

Encore maintenant, nous observons une très grande hétérogénéité dans la prise de conscience des agriculteurs, des organisations agricoles face à ces attentes sociétales pressantes. Le mouvement est lancé et il semble inéluctable : les personnes que les agriculteurs nourrissent veulent tout savoir, tout comprendre, tout choisir… et de manière simple et ludique, s’il vous plaît ! En réponse classique, le monde agricole a tendance à se braquer et se scléroser sur des positions qui lui semblent légitimes mais qui sont pourtant construites sur des croyances bien trop anciennes pour être d’actualité. Avec des déclarations comme « Sauver un agriculteur, mangez un vegan » ou bien en répondant directement et à chaud à ses détracteurs. La profession ne se rend pas service… D’ailleurs, l’Observatoire 2018 du Syrpa, divulgué en mai dernier, indique que seuls 17% des messages de communication de la profession agricole s’adressent au grand public. L’inertie du monde agricole, son organisation lente à faire bouger, sa gestion politique engourdie des sujets l’empêchent de prendre la main qui lui est tendu… par les consommateurs de ses produits (les clients finaux que nous sommes tous) !

Y a-t-il des actions différentes à mener, des attitudes différentes à avoir pour favoriser l’image de l’agriculture en général et des entreprises agricoles en particulier ?

Le 24 janvier à Paris, le #CoFarming dégaine ses preuves et vous dévoile des solutions pour changer l’ordre établi.

Pour plus d’information : Cliquez ici !